Grand Paris

LE GRAND PARIS

Mercredi 15 décembre 2017, se tenait notre atelier des « Mercredis de la Bastille » consacré au Grand Paris.
Avec les comités locaux Nation Faidherbe et Place de la République en Marche qui nous avaient rejoints, ce sont une quarantaine de personnes qui ont participé à ce débat crucial pour l’avenir de la région.

Atelier sur le Grand ParisTransformer l’agglomération parisienne en une grande métropole mondiale et européenne du XXIe siècle, telle est l’idée du Grand Paris. Un projet qu’Emmanuel Macron et La République en Marche souhaitent mener à bien rapidement, afin d’améliorer le cadre de vie des habitants, corriger les inégalités territoriales et construire une ville durable.

Comment faire de l’agglomération parisienne un nouvel espace plus dynamique, qui permettent à ses habitants de se loger dans les meilleures conditions de confort et de sécurité, de fluidifier la circulation pour permettre une meilleure mobilité, de créer des pôles culturels, des lieux d’échanges ?
Il faudra réformer en profondeur les institutions qui gèrent la région, inventer des solutions d’urbanisme et de mobilité audacieuses.
En introduction, l’atelier a abordé cette question à travers 4 problématiques présentées par des spécialistes du sujet :

  • Les institutions, par Jérôme Kerambrun, responsable financier de la ville de Noisy-le-Grand
  • Le logement, par Hugo Dufis
  • Les transports par Nabil El-Khedri, de la société du Grand Paris
  • La mobilité par Deniz Boy, Coordonnateur national des Assises de la mobilité et de la loi d’orientation des mobilités  au Ministère des transports

Vous trouverez en annexe les documents présentés lors de leurs interventions.

La parole a été ensuite laissée aux 40 participants de l’atelier. 3 groupes de travail ont été formés, auxquels il a été demandé de réfléchir aux questions qui, selon eux, devraient être pris en compte dans le projet du Grand Paris : Mobilité, logement, grands projets. Ces réflexions ont ensuite été partagée avec le député du 11e Pacôme Rupin, qui organisait lundi 20 une grande réunion publique sur les mobilités au théâtre du Marais.

Voici le compte rendus de ces travaux en groupe :

Groupe Mobilité
Le Grand Paris doit être un moyen de favoriser la mobilité des franciliens.
Quelles solutions apporter aux problèmes que connaissent les franciliens au quotidien, quelles idées nouvelles faire émerger pour permettre une meilleure circulation à l’intérieur du futur périmètre de l’agglomération ? Telles sont les questions abordées par ce groupe dont voici les conclusions :

  • Privilégier les solutions « légères » aux infrastructures lourdes. Par exemple par la création de pistes cyclables permettant de circuler dans tout l’espace du Grand Paris sans discontinuité.
  • Assurer une meilleure sécurité des « transports doux » : vélos, piétons.
  • Avoir une véritable réflexion sur l’impact santé du projet : réduire la pollution, combattre le stress généré par les problèmes de la circulation, le bruit, l’insécurité.
  • Concernant la pollution, on s’interroge sur l’intention de la Société du Grand Paris de multiplier les metros souterrains, alors que ces lieux sont connus pour leur pollution alarmante.
  • Prendre des mesures efficaces contre le harcèlement dans les transports
  • Les horaires de travail sont appelés à devenir plus flexibles, et de nouveaux espaces de culture et d’animation seront créés dans le cadre du Grand Paris. Il est essentiel d’améliorer considérablement le transport de nuit et en soirée.
  • Trouver des solutions de transports novatrices pour répondre aux besoins de mobilité de demain.
  • Le tram est surtout utiliser en périphérie, alors que, dans les autres villes ont reconnait son efficacité dans les trajets urbains. Pourquoi ne pas développer des lignes de trams intra-Paris ?
  • Mieux exploiter la Seine, et les autres cours d’eau comme voies de transport. On rappelle que des projets innovants dans ce domaine ont dû s’expatrier faute d’autorisation des autorités fluviales parisiennes.
  • Fluidifier le transport des gens et pacifier l’inter-modalité, alors que mes différents modes de transports sont actuellement dans une situation d’affrontement (automobile-transports en commun – deux roues – piétons) , ce qui provoque blocages et accidents, alors qu’il faudrait les penser en terme de complémentarité, de cohabitation et d’interdépendance. On rappelle également le « parcours du combattant » du piéton désireux de traverser le site de la Défense : portes, grilles, changement de niveaux, croisements de voies pour les véhicules, etc…
  • Concernant les institution, les franciliens sont demandeurs d’un meilleur système d’information pour leur permettre d’avoir un suivi de l’intercommunalité .
  • On ajoutera enfin une suggestion partagée par le groupe « Grands Projets » : Créer un réseau des routes intelligentes pour des véhicules autonomes.

Groupe logement
Le Grand Paris est vu comme une solution aux problèmes du logement dans l’agglomération parisienne. A condition de se poser les bonnes questions.

  • Privilégier l’optimisation des logements existants
  • Revoir les critères d’attribution ou de rotation des logements sociaux
  • Repousser le logement parisien extramuros
  • Augmenter l’offre pour faire baisser les prix
  • Appliquer dans les zones autour des gares (gérées par la SGP) la règle des 30% de logements sociaux
  • Déroger à la règle de construction du nombre de parkings, mais en compensation, avoir une politique de construction de parkings publics.
  • Renforcer la mixité sociale
  • Appliquer un bonus malus sur le prix des loyers autour de ces nouvelles règles
  • Etendre l’application de l’encadrement des loyers
  • Favoriser la construction verticale, avec des tours esthétiques, peu énergivores, et favorisant la mixité sociale.
  • Privilégier la densification plutôt que l’étalement urbain
  • Créer des lieux de convivialité plus nombreux

Grands projets

  • Cette thématique a suscité plus de méfiance que d’enthousiasme. Le point est interessant : la crainte étant qu’en pensant « grands projets », on se contente de juxtaposer des solutions et de recommencer les erreurs des années précédentes. Les suggestions :
  • Avoir une réflexion globale, et non penser en termes de « grands projets », de manière à assurer une cohérence de l’ensemble.
  • Recouvrir le périphérique et en faire un grand espace végétalisé, de jardins partagés, de pratiques sportives.
  • Recouvrir également la petite ceinture
  • Végétaliser les toits.
  • Penser le Grand Paris en fournisseur de ses propres ressources, et de ressources innovantes, notamment en industrialisant la grande couronne avec des industries propres. Favoriser les micro-industries, utilisant l’IA, la robotique.
  • Les grands projets seront consommateurs de matériaux. Il faudra trouver solutions alternatives, créer des outils de production afin d’éviter l’importation massive des ressources. La collaboration de la filière bois, par exemple, serait à intégrer.
  • Délocaliser les centres culturels
  • Créer un pôle universitaire à l’est de Paris
  • Concevoir un maximum d’espaces urbains entièrement autonomes, écologiques (zero carbone, zero déchet) , et auto-suffisants, à l’image de Masdar City à Abu Dhabi.
  • Eviter les solutions qui ont conduit à la désertification des centres villes, comme la création des centres commerciaux. Quelle sera la place du commerce de proximité dans le Grand Paris.
  • Déperméabiliser des berges et favoriser l’évacuation poreuse.
  • Délocalisation les cités administratives
  • Créer un réseau des routes intelligentes pour des véhicules autonomes.

 

Métropole du Grand ParisSociété du Grand ParisAssises de la mobilité

 



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre